Un nouveau projet : les dangers de l’Internet

Républicain d'Uzès le 6 décembre 2018

En 2019, l'Aphyllanthe va lancer une série de conférences-débats et d'ateliers sur une sujet d'actualité brûlante : les dangers du pistage et du profilage sur internet. Les premiers ateliers et la première conférence-débat auront lieu en janvier 2019 et feront l'objet d'une annonce à paraître d'ici quelques jours. Ce projet a obtenu un financement dans le cadre du programme "Fonds pour le Développement de la Vie Associative".

L'actualité nous parle de manipulation des informations par certains utilisateurs des réseaux sociaux dans le but de provoquer des divisions dans la société, de cibler et de traquer les journalistes ou de manipuler des enfants. Des informations fausses ou invérifiables circulent de façon virale. On utilise des images truquées, on lance des théories complotistes, on amplifie des informations alarmistes pour polariser les débats : tous les moyens sont bons (exemple). Impuissant à notre niveau à faire cesser ces agissements, nous pouvons néanmoins avertir et mettre en garde nos enfants, nos ados et le public en général.

Notre projet va donc explorer les méandres de l'internet pour essayer de comprendre comment on est arrivé à ce point et quels mécanismes du business de géants du Net favorisent ces agissements.

Midi Libre 8 décembre 2018

Le diagnostic

  • Le pistage et le profilage du public sur internet fixe et mobile sont de plus en plus pratiqués par les sites et services internet.
  • Les réseaux sociaux, par la gratuité des services proposés, contribuent à accentuer le profilage du public.
  • Ce pistage/profilage permet aux géants de l'Internet d'accumuler une grande quantité d'informations sur la vie privée des usagers et, en les vendant aux annonceurs, de maximiser les revenus de publicité leur revenant, et de recevoir une grande partie des revenus de la publicité du marché.
  • Les mêmes réseaux sociaux permettent une circulation virale d'informations non vérifiables et parfois fausses. Des mauvais acteurs en profitent pour polariser les débats.
  • En parallèle, les organes de presse et d’information publique et les journalistes sont attaqués par des groupes sur réseaux sociaux qui cherchent à discréditer idées et informations qui leur sont défavorables.
  • Ces mêmes organes de presse et d’information publique, privés de ressources publicitaires, ne peuvent pas faire du journalisme d’investigation. Ils ne savent plus remplir un rôle de contre-pouvoir.
  • Les géants du net, qui ne se considèrent pas responsables du contenu publié, accaparent la plus grande partie des revenus de publicité. Les éditeurs (presse, télévision, magazines), qui sont tenus responsables par la loi de ce qu’ils publient, ont de moins en moins de moyens.
  • Ces processus déjà bien engagés menacent l'équilibre du débat public, la paix sociale et la démocratie.

Les objectifs

  • Faire prendre conscience des conséquences de l'attitude : "Le pistage et le profilage ne me gênent pas car je n'ai rien à cacher" (par des conférence-débats et des démonstrations expliquant l’étendue des informations accumulées à l’insu de l’utilisateur par les géants du Net)
  • Montrer par des ateliers que des alternatives existent : par exemple configuration du navigateur pour être moins pisté, emploi de moteurs de recherche alternatifs, sécurisation des mots de passe, usage d'extensions de protection de la vie privée pour des navigateurs internet, configuration des comptes internet pour limiter le pistage, exercice des droits crées par la réglementation Européenne (RGPD) et le CNIL, usage de logiciels alternatifs, etc.